MAC MILLER

Que dire? Le jour où Malcolm est mort de son overdose à la cocaïne et au fentanyl, j’ai pleuré, beaucoup, comme beaucoup d’autres fans à travers le monde. Mac a fait ses débuts dans le rap au moment où moi-même je commençais à vraiment plonger dans le genre et écouter tout ce qui bouillonnait aux Etats-Unis. Les Curren$y, Big KRIT, Kendrick Lamar, Dom Kennedy et compagnie. Si parmi ses premières sorties, seuls quelques morceaux m’avaient charmé, c’est après la sortie de Blue Slide Park qu’il a commencé à entamer une transformation artistique (et humaine, il est capital de l’ajouter) en temps réel. Une transformation qui amènera avec elle certes énormément de projets de qualités, mais également des problèmes personnels importants qui auront finalement raison de lui.

Macadelic fut le premier projet de Mac qui me toucha vraiment. C’est une mixtape qui est désormais culte, et qui marque le début de sa transition artistique. Malgré le succès commercial relatif de Blue Slide Park, les critiques envers l’album avaient été assassines, et il s’était énormément remis en question. Ce projet était l’aboutissement de cette remise en question. Ensuite, il est parti sur un enchaînement formidable, allant toujours plus loin dans ses expérimentations, devenant au passage un musicien hors-pair et se nouant des liens d’amitié avec des talents comme Thundercat, Vince Staples ou Flying Lotus. Il s’essaya au jazz, se mit à produire, se créa un alter-ego.

Entre 2012 et 2018, il sortit pas moins de 12 projets, le dernier en date étant le fabuleux Swimming, qui laissait entrevoir une lumière au bout du tunnel pour un artiste torturé par ses démons et essayant de devenir meilleur, tout en combattant une addiction aux drogues dures. Mais il n’eut pas le temps de voir son combat porter ses fruits, puisque le 7 septembre 2018, il trouva la mort chez lui, d’une overdose de cocaïne coupée au fentanyl.

Après ce tragique évènement, le monde du hip hop, qui était déjà endeuillé par la mort de Lil Peep, dans des circonstances similaires, fut secoué à une encore plus grande échelle. L’une des icônes du rap des années 2010 nous avait quitté, après avoir laissé un héritage énorme, et avoir touché tant de coeurs à travers le monde.

Plutôt que de voir cette compilation comme des morceaux volés de manière éhontée, je la considère comme un humble hommage à un artiste que j’aimerai toujours de tout mon coeur, à qui je m’identifierai toujours, et qui m’a plus d’une fois aidé dans des mauvaises passes de ma vie.

Voici donc The Malcolm McCormick Chronicles, une compilation de morceaux unreleased de Mac Miller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *