JAY CRITCH

Le préféré du quartier. Le seul et l’unique Jay Critch. Il a 21 ans et émerge de Brooklyn, Clinton Hills pour être exact. Ses rappeurs favoris sont Wayne, Fabolous et Max B. Il est signé sur Rich Forever, le label de Richard l’Enfant (Rich the Kid pour les intimes, le nain de 43 ans qui avale 12 Percocets par jour et qu’on peut pister à la traînée de bave qu’il laisse derrière lui) et donc sur Interscope, depuis maintenant plus d’1 an et demi.

La particularité de Critch réside dans le fait que bien qu’il est originaire de Brooklyn, ce qui donne forcément une sonorité spécifique à sa musique, il n’hésite justement pas à actualiser cette sonorité de base avec les tendances actuelles. Faites infuser du boom bap et de la trap dans un erlenmeyer, et Critch en émerge, un mélange parfaitement homogène et poli. C’est donc un rappeur tout terrain. Son début album tant attendu, Hood Favorite, n’a pas fait autant de vagues que prévu, mais il a au moins eu le mérite d’asseoir un peu plus la solidité du garçon en tant qu’artiste.

Ses apparitions sur les compilations du label Rich Forever sont toujours rafraîchissantes puisqu’il enterre systématiquement Dexter et Richard. On a bien sûr vu des showcases plus valorisants, puisqu’il n’est pas bien difficile de se distinguer de ce genre d’olibrius, mais je digresse. Il en reste que si vous êtes plus versé trap dans vos goûts, mais que vous voulez écouter autre chose sans pour autant vous coltiner du Westside Gunn ou du Roc Marciano (pas d’ombre sur eux, je les adore), eh bien Jay Critch est là pour vous.

CLINTON HILLS PRODIGY, ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *