JEREMIH

Lorsque l’on débat à propos des grands chanteurs de R&B des 2010, un nom, parmi d’autres, semble souvent oublié: celui de Jeremih. Le crooner de Chicago a connu une carrière assez tumultueuse, ce qui explique sans doute pourquoi son nom est moins souvent mentionné. Après l’explosion que fut la sortie de son 1er single, Birthday Sex, en 2009, et la sortie quasi-immédiate après coup de son album éponyme puis de son second album en 2010, ce fut une grande traversée du désert pour lui.

Def Jam a causé bien des soucis à Jeremih. Négocier le début de la nouvelle décennie avec cet artiste semble avoir été difficile à gérer pour le label. Jeremih a tout d’abord annoncé aussi tôt qu’en décembre 2011 qu’il travaillait sur son 3ème album, censé sortir courant 2012. Néanmoins, des événements se produisirent en coulisse qui rendirent la sortie de l’opus impossible. Car de son côté, le chanteur, après des débuts R&B somme toute assez conventionnel, a commencé à s’intéresser à la montée en puissance de la trap à Atlanta. Voyant l’explosion de ces sonorités plus froides et chargées en basses, il a commissionné un jeune Mike Will Made-It, qui faisait ses débuts avec Gucci Mane, ainsi que l’équipe FKi, pour lui produire quelques morceaux. En ont résulté Girls Go Wild, et surtout Fuck U All the Time et 773 Love, deux morceaux qui deviendront très vite des hits mineurs et qui affirmeront le changement de cap de Jeremih. Ceux-ci étaient initialement destinés à atterrir sur le 3ème album désormais annulé du chanteur. Il a donc pris l’initiative de leur donner vie sur la mixtape Late Nights With Jeremih, qui deviendra très vite un petit classique.

Puisque l’expérimentation sonore était devenue vraiment fondamentale pour lui, et voyant Fuck U All the Time (FUATT pour les intimes) prendre son essor, Jeremih s’est associé en 2014 avec le producteur électrotrap Shlohmo pour un EP commun, intitulé No More. Le remix de FUATT a donné une nouvelle vie au morceau. Il convient d’ailleurs de faire remarquer que cet EP a été sorti par Jeremih lui-même sur Twitter, ce qui fait écho au fait que Jeremih, son album éponyme avait lui été previewed (pardonnez mon anglais mais je voyais pas de mot équivalent en gaulois) sur MySpace en 2009 en guise de promotion. Tout cela pour dire que l’artiste et son équipe avaient très rapidement saisi l’intérêt des réseaux sociaux dans la stratégie de communication inhérente à la sortie d’un projet.

Cependant, vous noterez qu’en termes de chronologie, entre le moment où FUATT est sorti, donc août 2012, et la sortie de l’EP Jeremih x Shlohmo, il s’est passé 2 ans. C’était déjà long à l’époque. La bouillie que furent ces 2 années permirent pourtant à Jeremih de négocier son retour officiel avec son 3ème album, intitulé sobrement Late Nights, servant de suite à la mixtape du même nom. Durant ces 2 années, il enregistra énormément de morceaux, et pour servir de « sucez-moi avant l’album », il sortit NOMA (Not On My Album), un EP de 7 titres, histoire de rappeler à tous qu’il arrivait classique. Vint ensuite 2015 et le triomphe, la résurgence pour lui, mais non sans mal, car toute cette année fut un combat entre l’artiste et son équipe, et Def Jam, pour sortir l’album. Il exprima à plusieurs reprises sa frustration quant au manque de support de la part du label, et les galères qu’il lui a fait subir pendant le processus d’enregistrement et de promotion. Et ce malgré le fait que tous les singles furent des succès: Don’t Tell Em avec YG et Oui sont désormais double platinum, Planez et son atroce couplet de J.Cole est également platinum.

Depuis ça, ben il se passe pas non plus masse de choses, du moins de ce qu’on peut constater du côté public. Il a annoncé son prochain album Later That Night, en 2016. Même année où il s’est embrouillé avec PND. Il a bien sorti un album commun avec Ty Dolla en 2018, MihTy, sans doute le titre d’album le moins inspiré du monde. L’équivalent de la pochette superposant la moitié du visage des 2 collaborateurs, vraiment infect. Mais la musique était sympa.

Donc on croise les doigts pour que ça arrive en 2020 cette affaire mais rien n’est moins sûr. En attendant, voici AFTERPARTY WITH JEREMIH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *