Archives de catégorie : Musique

ISAIAH RASHAD

Sont inclus dans ce dossier:

  • Fly Times, Cool Places EP: Son tout premier projet, qui était censé voir le jour vers 2009, mais qui pour des raisons inconnues n’a pas été achevé ni sorti officiellement. On peut en trouver les traces sur sa page MySpace.
  • Khaki EP: Son second EP, qui a subi pour ainsi dire le premier traitement que le premier.
  • Pieces of a Kid: L’ébauche spirituelle du projet qui sera voué à devenir par la suite Cilvia Demo.
  • Ses 2 morceaux figurant sur la mixtape XXL Freshmen 2014.
  • A FIRE IS BREWING: la compilation de morceaux unreleased, depuis l’époque de Cilvia Demo jusqu’à aujourd’hui, en guise d’entrée en matière avant The House is Burning (titre tentatif de son second LP).

CHIEF KEEF: OG BANG 3

La série des BANG de Chief Keef est désormais culte, et Bang 3 n’y fait pas exception, sauf que cet album a eu une gestation particulièrement difficile. Entre 2013 et 2014, Keef, encore signé sur Interscope a enregistré une première version de BANG 3, cette version originale qui vous est présentée ici présent. Cependant, il se fit virer du label en octobre 2014, ce qui bouleversa tout son agenda de sorties prévues: Bang 3 donc, mais également Mansion Musick et Thot Breaker, censés sortir respectivement en novembre 2014 et en février 2015.

Bang 3 fut donc mis en standby pendant que Keef continuait de sortir des projets, notamment Back from the Dead 2 et Sorry 4 the Weight. En mai 2015, il signa sur le label FilmOn d’Alki David, et décida de complètement refondre le projet, pour en faire un double disque, ne gardant que Superheroes avec A$AP Rocky, et Irri avec Lil B de la tracklist originale.

La tracklist de cet OG est celle que Keef avait postée sur Instagram en juillet 2014.

LANA DEL REY

Voici la discographie unreleased de Lana Del Rey. Vous y trouverez:

  • Son album Sirens, sous le nom de May Jailer, sorti en 2006.
  • La compilation THE LIZZY GRANT COLLECTION, reprenant tous les morceaux qu’elle a enregistré sous ce pseudonyme, ayant fuité et n’appartenant à aucun projet.
  • Son album sous le nom de Lizzy Grant, sorti en 2010.
  • La compilation THE NEXT BEST AMERICAN SINGER, qui reprend l’intégralité des morceaux ayant fuité tout au long de sa carrière sous le nom de Lana Del Rey et n’appartenant à aucun projet. Chaque disque représente une année, de 2008 à 2017.
  • Un dossier BEST OF reprenant les 30 meilleurs morceaux (bien évidemment, selon moi) de la compilation unreleased.

G HERBO

G Herbo fka Lil Herb, légende de la drill, qui a fait ses débuts avec son pote Lil Bibby, qui avait la voix d’un daron de 45 ans qui fume 3 paquets de gitane maïs par jour dès 17 ans. D’ailleurs ce dernier a abandonné sa carrière de rappeur pour monter son propre label, Grade A Productions, et a joué un rôle dans le lancement de la carrière de Juice WRLD, et compte à ce jour sur son label les artistes Clever et The Kid Laroi, pour les intéressés. Voici une itw où il en cause en détail.

Cette compile est composée en premier lieu de l’EP G Swervo, qui fut brièvement uploadé sur les plateformes courant janvier 2019 mais qui allez savoir pourquoi n’est plus dispo que sur Spotify. Et en second lieu du coup la compile en elle-même découpée en 2 disques: 2018 et 2019, car ce sont au cours des 2 dernières années que la quasi totalité des leaks concernant notre homme sont survenus. Flingues en l’air.

DRAKE

La plus grande star de la planète? Peut-être. Le meilleur polymorphe/vampire de sa génération? Sans aucun doute. Au cours de ses 12 ans de carrière, notre brave Aubrey a toujours réussi le tour de force de se réinventer (=sauter sur les vagues d’artistes émergents ou emprunter à des courants musicaux en vogue) pour rester relevant et au top. On peut lui donner ça. C’est un artiste malin et calculateur qui est entouré d’une équipe très compétente. Qu’il se fût agi de l’afrobeat sur More Life et Views, de Tuesday avec Makkonen, de la trap avec Blocboy JB, de la renaissance de Soulja Boy avec We Made It, de la copie conforme de ChaCha de DRAM sur Hotline Bling, ou encore récemment avec l’UK Drill, il est toujours à l’affût des tendances.

Son plus grand accomplissement est et restera d’avoir réussi à prendre le relais de Lil Wayne en tant que rappeur tout en haut de la pyramide commerciale, et cela ne semble pas (encore) prêt de changer. Assurément, Kendrick ou encore Cole le talonnent de plus ou moins près, mais son potentiel meme-able lui donne un avantage comparatif à ne pas négliger non plus. Combien de photos de Drake ont été tournées en dérision sur Twitter, comme les 2 fameux screenshots du clip de Hotline Bling? Chacune de ses « rares » apparitions sur un morceau semblent avoir le pouvoir de lancer ou relancer une carrière. Dernièrement, c’est aussi grâce à lui si Life Is Good de ce très cher Future fait un tel carton.

Qui sait de quoi son prochain projet sera fait? On peut raisonnablement s’attendre à une prod de 808 Melo ou d’AXL Beats, mais aussi à des morceaux beaucoup plus conventionnels dans le style des Chicago Freestyle et When to Say When, ses deux derniers loosies en date. Qui sont soit dit en passant vraiment très bons. Car à mon sens c’est vraiment dans ce créneau-là qu’il brille le plus, tout comme sur des 5am in Toronto. Une chose est certaine, c’est inexorable, il se débrouillera pour obtenir un énième n°1 au Billboard. On pourra conjecturer tant qu’on le voudra, mais tout ce qu’on peut espérer c’est un album plus inspiré et simplement meilleur que Scorpion, qui a placé la barre encore plus bas que Views. Peut-être qu’avec son récent link-up avec Benny the Butcher, il se dirigera vers une approche plus centrée sur le rapping?

Pour patienter, voici YOUNG GARNIER FRUCTIS AKA THE KITTEN WHISPERER, l’ensemble des morceaux unreleased d’Aubrey, auxquels j’ai ajouté les loosies qu’il a pu balancer ces dernières années et n’ayant pas de toit sur les services de streaming. A propos du titre de cette compilation, c’est un hommage à l’illustre Big Ghost, blogger de légende, qui entre autres faits d’armes de cette époque déchue, avait chroniqué Take Care. Et dans cette chronique, il l’avait affublé d’un paquet de sobriquets, dont ces deux-ci. La voici pour ceux qui ne connaîtraient pas, un grand moment d’internet.

KODAK BLACK

Une news est tombée annonçant que notre brave Bill Kapri (c’est désormais son nom officiel, il s’appelait auparavant Dieuson Octave) devrait être libérable fin 2022. On peut se dire que ça aurait pu être pire et qu’il aurait pu prendre le double. Mais on peut aussi se demander combien de temps ça va lui prendre pour y retourner. En tant que fan ça nous tracasse déjà pas mal car on adore l’artiste, alors imaginez un peu ses proches. 

Récemment, le compte Instagram de Kodak a posté à plusieurs reprises à propos de ses conditions d’emprisonnement simplement inhumaines et totalement injustes. L’occasion de rappeler que l’enfer carcéral est une réalité pour tous les prisonniers et que Kodak n’y échappe pas. Bien au contraire: c’est encore pire pour lui, parce que le système déteste tout ce qu’il représente et lui rappelle constamment par ce genre de pratiques barbares. Certes il est à l’ombre pour une bonne raison, mais le traiter dans ces conditions est tout simplement aberrant. Et vous savez le pire? Ce n’est rien à côté de la situation de Drakeo the Ruler. Drakeo est un rappeur de la West Coast, et fait partie du collectif Stinc Team avec nul autre que le déjà légendaire 03 Greedo, lui aussi injustement derrière les barreaux depuis le début de l’année 2019 pour 20 ans, bien qu’il soit éligible pour la liberté conditionnelle au bout de 5 ans. Mais Drakeo et Greedo partagent bien plus que les traits mentionnés précédemment: ils sont aussi 2 des meilleurs rappeurs qu’a vu émerger la côte ouest ces 10 dernières années. Des prodiges techniques comme on en voit rarement.

La situation judiciaire de Drakeo est scandaleuse. En 2018, il a été inculpé de meurtre, tentative de meurtre, et plusieurs accusations de crime de conspiration de meurtre, tout comme son frère Ralfy the Plug. Le reste de la Stinc Team a aussi été arrêté pour diverses accusations souvent très graves. Selon la police de LA, Drakeo et ses amis auraient voulu tuer RJ, un autre rappeur de la cité des anges, en 2016. Ce qu’il s’est réellement passé, c’est que ce fameux soir de 2016, il y a effectivement eu un meurtre: celui de Davion Gregory, un membre de gang, mais ce n’est pas Drakeo qui a tiré, c’est Mikell Buchanan, un homme qui était avec Drakeo ce soir-là. Ce dernier a aussi blessé 2 autres individus dans la fusillade. Mais Drakeo a quand même écopé des accusations mentionnées précédemment alors qu’il n’a jamais ouvert le feu sur qui que ce soit. La police de LA semble vouloir faire de lui un exemple et l’incarcérer à vie sur des suppositions et des mauvais sentiments. Il risque la perpétuité ou la peine de mort.

Selon Drakeo et son équipe, il semblerait que les 2 détectives en charge de l’affaire ont une dent contre lui car ce sont également eux qui avaient dirigé l’enquête à propos de l’affaire judiciaire précédente de Drakeo qui portait sur une possession illégale d’arme à feu. Ils considèrent la Stinc Team comme un gang et veulent à tout prix les boucler. Parmi les autres énormités de cette affaire, notons aussi que l’équipe juridique du procureur a fait perdre son travail à la mère de Drakeo, et que cette même équipe juridique a osé utiliser ses lyrics en guise de preuve dans leur dossier. Les conditions d’emprisonnement de Drakeo sont inhumaines elles aussi: depuis quelques mois il a été placé en isolement, pour littéralement aucune raison valable. Il est constamment enchaîné, laissé à décrépir dans une des pires « cellules » de la tristement célèbre unité K19 de la LA Men’s Central Jail. Son procès débute ENFIN le 2 mars prochain. Espérons que cette mascarade va cesser et que le Ruler sera libéré rapidement. Si vous souhaitez vous documenter plus amplement sur cette affaire, voici un article très intéressant et édifiant dessus.

Toujours est-il que voici HAITI ZOO, une compilation de Kodak Black.

NAV

Que dire sur Nav? En toute honnêteté je préfère m’abstenir de fournir un commentaire extensif sur sa musique dans la mesure où personnellement je n’y adhère pas vraiment. Mais par contre je sais que des connaissances sur Twitter apprécient et que ça peut les intéresser, et aussi parce qu’il y avait matière à faire!

Cela dit, ce sur quoi j’ai envie de dire un mot, c’est sur son « récent » commentaire, dans une itw, selon lequel grosso modo il voudrait vraiment que les paparazzis le remarquent maintenant qu’il a percé et qu’il a eu son petit n°1 au Billboard. A mon sens c’est d’une gravité épouvantable et d’un pathétique de la même échelle d’en venir à sortir ça. Mais je fais pas remarquer ça pour tailler notre Brown Boy spécialement, je pense plutôt que ça reflète vraiment le poids émotionnel relatifs aux attentes qui peut accabler un gros paquet d’artistes. Par exemple ceux qui ont des potes dans l’industrie et qui bénéficient d’office d’un coup de pouce et se retrouvent très vite sous les projecteurs par piston. Ou ceux qui par un gros coup de bol scorent un gros hit, se font signer en major et se font pressuriser et se pressurisent eux-mêmes pour faire du chiffre, percer, buzzer, etc (dernier exemple en date avec Lil Nas X). C’est devenu, je suppose, obsessionnel. Qui plus est, maintenant, les fans ont la possibilité d’atteindre directement l’artiste, via les réseaux sociaux, pour lui faire savoir si ce qu’il fait est bien ou pas. Ils peuvent lui pourrir la gueule sans vergogne, tout comme ils peuvent faire ses louanges bien sûr. 

Et du coup pour en revenir aux propos de Nav, je pense qu’ils sont vraiment symptomatiques du zeitgeist. J’ai pris un petit raccourci mais vous voyez où je veux en venir. Un mec qui en vient à dire ce qu’il a dit, tu sais qu’il est pas bien dans sa tête et tu sais que tout ce jeu le tracasse, voire lui bousille la vie. Parce qu’il essaie à tout prix de faire ce qu’on attend de lui et qu’il se voit trop par le prisme des autres et des charts. Enfin j’imagine. Mais ouais du coup, pensez un peu à la santé mentale de ces artistes avant de leur péter les burnes sur les réseaux sociaux. Et si vous voulez vraiment les critiquer, faites-le de manière constructive autant que faire se peut. Car au final, beaucoup d’entre eux, à défaut de répondre, voient ce que les gens disent d’eux sur les réseaux et ça doit pas être facile au quotidien. Faut aussi considérer que si on en veut toujours plus, parfois on finit par en avoir trop et on regrette.

En tout cas, j’espère que tu vas bien mon petit Nav, et que tu commences à avoir l’esprit tranquille. Félicitations pour ton n°1 avec Bad Habits en 2019. Un jour si dieu le veut tu seras l’une des merveilles du monde. En attendant ce jour, voici NAVRAJMAHAL. 

TRIPPIE REDD

Il en fallait forcément une pour la Triperie Rougeoyante. Le vilain gremlin émo de ce rap jeu. L’ancien buddy de la balance arc-en-ciel. Le hurleur viscéral. La discographie de Trippie Redd est en dents de scie mais il est capable de coups d’éclats vraiment exceptionnels. Seulement le problème c’est que son style est épuisant à écouter. Ses envolées vocales il faut les supporter.

Sur A Love Letter to You 4, s’enquiller les 21 tracks d’un coup relève du prodige. J’espère vraiment que cette tendance au data dumping qui tient au corps l’industrie de la musique finira par s’essouffler à un moment donné. Je veux bien entendre que parfois, lorsque c’est justifié, un album peut dépasser admettons les 20 morceaux. Mais si ça ne l’est pas et qu’on force 3, 4, 5 fillers ou plus seulement pour faire du chiffre en termes de streaming… C’est au final se tirer une balle dans le pied car ça ne fera que gonfler les chiffres de la première semaine: ensuite les auditeurs auront soit la flemme de revenir à l’album soit auront fait leur écrémage eux-mêmes, et il sera plus sévère que celui que l’artiste et son A&R auraient pu (dû) faire en structurant la tracklist et en arrangeant le sequencing. Respectez un peu nos déficits d’attention en puissance!!!

BIG 14 KNOWHUTTHEFUCKGOINON